Les « carrelets », « cabanes » et autres « baraques » au temps du coronavirus…

Plus trop de visibilité quant aux expos qui se tiendront ou non…

…qu’importe, beaucoup d’entre nous affrontent des situations bien plus graves. Temps de crise et confinement, c’est un repli sur soi et un retour à l’atelier pour apprécier cette chance d’avoir un « art » permettant de laisser fluer l’énergie et traduire angoisses et espoirs… L’inspiration ne se tarie pas pour ces microcosmes dérivés des cabanes de pêcheurs – légères et aériennes en contraste avec les lourds « cubes » des supports leur servant d’assise – devenant des allégories de confinement. Deux derniers modèles, le style « splendide isolement » (référence à un livre de Edna O’Brien), cabane full-equipped, autonome en eau et électricité, pour confiné/ermite un peu farouche et un modèle plutôt « tout le monde sur le même bateau », regroupement de cabanes qui se blottissent pour affronter la tempête, un peu à l’image de cet ehpad de Mansles où le personnel choisissait de se confiner avec les pensionnaires…

Premiers « carrelets » et « cabanes de pêcheur »

La perspective de ma participation proche (fin avril…) au « Printemps de l’Orangerie » de La Mothe-St-Héray active l’imagination avec un certain sentiment d’urgence, et un mélange certain d’excitation et d’anxiété…

Comme souvent, c’est un peu l’analogie de la mine qui s’impose ; remuer de la roche un peu en vain jusqu’à tomber sur une « veine » à exploiter. Bon, ici la roche remuée – bouts d’architectures, boutes de textures, morceaux de machins – ne sert jamais à rien ; mise soigneusement de côté elle peut renfermer des pépites à dégager. La veine actuelle s’est dégagée avec l’image des « carrelets », petites cabanes sur pilotis utilisées par les pêcheurs pour jeter leur filet.

Bien sûr comme toute idée ou croquis, ça n’est qu’une idée de départ, la mise en route du moteur. Ensuite, comme toujours, c’est le jeu des mains et du matériau qui décide et aboutit… quelque part. En route, d’autres inspiration s’en(m-)mêlent, manières de palais vénitiens, réservoirs d’eau new-yorkais, grues de port… la cabane s’éloigne quelque peu du standard charentais, les pilotis se démesurent, les escaliers se multiplient, les « water towers » new-yorkaises – ces typiques réservoirs d’eau au sommet des immeubles – s’imposent, de nouveaux thèmes comme les éoliennes apparaissent…

Bref – anticipation de nos époques épidémiques ? – les cabanes deviennent des microcosmes autarciques…

Et pour contrer un en-vol définitif des idées et des « cabanes » vers le ciel, les amarrer à des socles massifs, presque cubiques, empilements de carrés de carton. La testa nelle nuvole, ma i piedi piantati sulla terra…

A suivre !