Un « couronnement » pour la maison-phare # 2

Enfin, le sommet de la maison-phare # 2 semble en voie d’achèvement…

Partie sur l’idée du pylône, la fragile construction s’orne d’arabesques. Elle sera finalisée par une étoile et quelques éléments genre antennes paraboliques pour lesquels je n’ai dans l’immédiat pas de solution technique satisfaisante. Et puis viendront toutes les rambardes des innombrables balcons et escaliers… Ces constructions de pylônes de par leur légèreté et leur transparence seront probablement beaucoup réutilisées dans les tableaux en projets.
À suivre, donc !

Publicités

Juin 2018 : le travail continue…

Les « Maisons Très Hautes » prospèrent dans l’atelier.
4 « géantes » à la construction bien avancée ont pris leur quartier dans un coin inoccupé en attendant la suite du programme. La plus haute culmine à 1m60 avant adjonction des « couronnements » (cheminées, antennes, que-sais-je). Les grandes lignes sont en place, l’œil a besoin de voir tout ça de loin avant de passer à l’étape suivante : habiller d’une enveloppe ces sortes d’armatures. Occasion de prendre quelques photos pour garder en mémoire les étapes, les jeux de matières et de clair-obscur.

Atelier juin 2018 : le travail reprend…

Pas facile de réamorcer la pompe à idées.
Mais je crois que ça repart…

C’était le but du jeu : prendre l’engagement d’une expo avec une date pas trop lointaine pour mettre de la pression et forcer l’artiste un peu récalcitrant à se remettre au boulot.
Des débuts chaotiques, essais infructueux en voulant construire à partir de dessins préparatoires — quelle erreur ! tu le sais pourtant que c’est par le matériau qu’il faut directement démarrer ! Puis reprendre plaisir à jouer avec le carton sans but précis, et l’imagination se décante et se structure.
Il fallait trouver une astuce pour déverrouiller la boîte à idées. La solution est venue en commençant par construire les sommets des maisons et pas les bases. Pour l’instant, 4 à 5 nouvelles « maisons très hautes » prennent forme dont certaines — c’était à prévoir — évoluent résolument vers des « maisons-phares ».
Comme pour tout dessin ou tableau, ce sont d’abord les grandes lignes, les grandes masses qu’il faut mettre en place. Les détails et l’habillage, c’est après… et contrairement aux apparences c’est bien plus simple ! On ne peut pas encore parler de « pilotage automatique » (ce beau moment où l’adrénaline et l’excitation surgissent et où les choses semblent alors se faire toutes seules), mais indubitablement il y a frémissement certain d’énergie…
À suivre  !