Le coin du p’tit chimiste

Matières premières

Je vous en entretenais il y a quelque temps, de cette volonté (d’essayer) de me passer des produits industriels pour fabriquer moi-même mes colles, enduits et peintures, et tenter de faire de mes « maisons en carton » des produits un peu plus biodégradables ; un peu plus, parce que les colles industriels des cartons, les encres des papiers journaux…

Il n’est pas question ici de… coller à un air du temps dont ceux qui me connaissent savent que je me soucie assez peu, plutôt adepte de l’air de rien. Peut-être un retour aux sources puisque nombre des produits utilisés me ramènent à ma « bible » de jeunesse, soit l’indémodable « Technique de la peinture à l’huile » de Xavier de Langlais (du moins les chapitres consacrés à l’huile… et non à l’acrylique) : colle de peau, craie, plâtre, caséine, chaux, etc.
Et me ramènent aussi à la cuisine : œufs, farine, amidon, sucre, sel, riz…
Et aux bonnes odeurs : essences de lavande, de clous de girofle…

Papiers journaux encollésCette exploration qui dans l’avenir doit me permettre d’apporter des solutions aux immeubles parisiens miniatures et autres créations cartonnesques, est déjà menée pour refaire mon stock de « supports à peindre » : depuis longtemps j’apprécie les matières récupérées, par exemple 3 ou 4 feuilles de papiers journal collées ensemble ou sur du carton et enduites pour obtenir un truc plein de bosses et d’accidents genre parchemin. Une surface moins absorbante, moins intimidant aussi pour moi qu’un beau et cher papier aquarelle… que je me voudrais de gâcher ! Allons-y donc, voyons comment mettre au point des colles et enduits me permettant de me passer des colles vinyliques et autre gesso à senteurs ammoniaquées (quoiqu’avec le carbonate d’ammonium, on y retourne…).

Deux livres pour me guider :
« Peintures et enduits bio » de Bruno Gouttry aux éditions Terre Vivante ;
« Peindre et décorer au naturel, vol.1 » de Nathalie Boisseau aux éditions Alternatives.
Le deuxième offre davantage de « fiches cuisine », mais le premier m’est apparu plus rigoureux (produire de la colle à la caséine à partir de fromage blanc plutôt que de caséine en poudre est amusant mais… voir réserves dans l’article qui sera consacré plus tard aux colles).

Et pas mal de sites Internet dont Esprit Cabane, et d’autres permettant de se procurer des produits (qui par ailleurs peuvent maintenant aussi se rencontrer dans certains magasins de bricolages) : La marchande de couleurs, Caseo, 123 MatièresEcodis.

Le laboratoire est ouvert. Et vos propres recettes (comme en pâtisserie, de vraies recettes, c’est-à-dire testées…) attendues.
Prochain article : sur les colles. À suivre !

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le coin du p’tit chimiste »

    1. Merci Adion,
      Effectivement, liens très intéressants. La colle d’amidon en particulier me permettra peut-être de trouver un substitut aux colles vinyliques. À tester dès que mes autres activités professionnelles m’en laisseront le temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s